France: Justice pour Ghofrane

المصدر: 
Gauche Republicaine
Monia Haddaoui écrit un livre sur sa fille Ghofrane lapidée par des voyous
Il pleuvait sur Aix en Provence ce vendredi 13 avril 2007, dernier jour du procès des assassins de Ghofrane comme il pleuvait sur Marseille le 18 octobre 2004, le jour où ils l'ont tuée.
Revêtus de tee-shirt "justice pour Ghofrane" imprimés de la photo de la jeune fille, plus d'une centaine de personnes ont attendu le verdict jusque tard dans la soirée, devant la cour d'assises du Palais Montclar.

Monia était là, femme admirable et digne, entourée de ses enfants au courage exemplaire, de ses proches, complices depuis le premier jour du drame et de tous ses amis et amies venus de Marseille, de Toulon, de Nice ou de Paris.

Monia a pris la parole. Son micro ne fonctionnait pas très bien. Elle a élevé la voix pour qu'on l'entende dire son combat, pour qu'on l'entende remercier nommément ceux et celles qui l'ont soutenue, ceux et celles qui l'ont accompagnée dans les moments les plus difficiles, ceux et celles qui l'ont aidée à chercher pourquoi et à comprendre comment on avait tué sa fille. Elle a remercié ceux et celles qui l'ont aidée à créer son association d'aide aux victimes, l'association "Ghofrane", ceux et celles qui ont contribué à écrire son livre et à le publier.

Monia parle de toutes ces personnes là dans son livre "Ils ont lapidé Ghofrane".

Ce livre, elle ne l'a pas écrit par haine ou par désespoir. Comme le souligne Jean-Claude Tourret dans sa préface, "ce livre n'est pas non plus le résultat d'un travail d'enquête qui viendrait soutenir ou compléter celle de la justice...". Car au-delà de son combat de mère à la recherche de la vérité, Monia veut se battre contre toutes les violences dont les femmes sont victimes et contre le sexisme, ce sexisme "ordinaire" qui fait régresser la condition des femmes, ce sexisme de plus en plus présent dans certains quartiers où les filles sont soumises au contrôle permanent des garçons, un sexisme qui engendre des violences parfois extrêmes contre les femmes, un sexisme qui pousse trop souvent au crime. Monia n'a pas choisi le titre de son livre par provocation. Elle tenait à y faire figurer le terme "lapidation". C'était aussi l'un de ces combats, celui de faire reconnaître ce qualificatif comme le mot juste et le seul qui puisse convenir à la définition du crime. "Lapidation" est un mot qui passe mal et que certains n'ont jamais voulu entendre par peur ou par précaution, pour ne pas heurter les esprits de ceux qui l'associent à la sentence des tribunaux islamistes. Et pourtant ce terme a été utilisé lors du procès et figure dans les délibérations des juges. Il n'a jamais été question pour Monia et ses amis de faire référence à la mise à mort de Ghofrane en d'autres termes que celui qui définit un meurtre par jets de pierres. Ghofrane avait sur le visage trente et un impacts de grosses pierres.

Les journalistes de "La Provence" et de "La Marseillaise", n'ont pas utilisé ce mot dans leur article publié au lendemain du verdict. Mais on peut lire, dans un encart jouxtant l'article de "La Provence" ces propos de Monia: "la lapidation est la mort la plus cruelle qui soit pour une femme. Plus jamais de lapidation en France". Et à juste titre une précision y est ajoutée: "la maman ne dit pas que sa fille a été lapidée comme un crime rituel, simplement qu'elle a été tuée à coups de pierres."

Monia a maintenant d'autres combats à mener. La force de son engagement, elle la puisera dans le souvenir de Ghofrane, elle l'aura pour ses enfants et pour toutes les familles des victimes. "Sensibiliser, c'est le maître mot de mon avenir, déclare t'elle dans son livre. J'irai visiter des écoles, des collèges, des lycées, des facultés, des prisons. Peut-être continuerai je plus tard ma lutte hors de nos frontières..."

"Le sens de l'engagement de Monia Haddaoui, écrit encore Jean-Claude Touret, c'est aussi un combat pour des valeurs de respect et de tolérance dans une société multiculturelle de plus en plus travaillée par l'intégrisme, le racisme et le fanatisme. C'est donc un combat pour le "savoir vivre ensemble" sans lequel nulle société ne saurait perdurer." Parce que Ghofrane savait faire partager sa joie de vivre, parce qu'elle avait ce goût de la liberté et la passion de la Capoeira, son frère Naoufel et ses camarades capoeiristes ont fait de ce rassemblement devant le palais de justice une véritable fête. En hommage à celle qui restera désormais dans l'ombre de leurs joutes, ils et elles ont, pendant une heure et malgré la pluie, exécuté les figures impressionnantes de cet art martial brésilien au son des percussions et des chants repris par le cercle des spectateurs. Ce fut un instant de joie et d'émotion partagées dans cet unique espoir que justice soit rendue pour Ghofrane et pour sa famille.

Juste avant la nuit, lorsque nous avons vu Monia et ses enfants sortir du palais Montclar, nous avons compris que justice était rendue. Au terme de deux heures de délibérations, une peine de 23 ans de réclusion pour chacun des accusés a été prononcée par les jurés.

17 avril 2007