Malaysie: "Impossible de quitter l'islam en Malaisie"

المصدر: 
CyberPresse
Quitter officiellement la religion musulmane, en Malaisie, ça ne se fait pas. Rencontre avec un avocat qui persiste à défendre ces convertis au nom de la liberté promue par le Coran, mais qui croit de moins en moins qu'islam puisse rimer avec modernité.
«Je n'ai pas gagné un seul procès depuis que je plaide, depuis novembre 2000», s'amuse Haris Mohamad Ibrahim, le sourire fendu jusqu'aux oreilles. «Si je ne le prenais pas à la rigolade, je deviendrais fou», explique-t-il, en se servant une pinte de bière.
Cet avocat malaisien, musulman, âgé de 48 ans, conseille des convertis qui veulent faire reconnaître leur renonciation à l'islam par les autorités. «Gratuitement, c'est ma passion. Le Coran, tel que je le conçois, m'oblige à défendre les opprimés.»

L'ethnie malaise représente aujourd'hui 58% de la population malaisienne. À la naissance, tous les Malaisiens sont automatiquement considérés comme musulmans. Aujourd'hui, ils sont de plus en plus nombreux à demander à ce qu'on retire la mention «islam» de leur carte d'identité.

Ils se sont convertis et, naturellement, ils ne veulent plus que la charia, la loi islamique, s'applique à eux. Pour cela, il faut que l'administration établisse de nouveaux papiers d'identité.

«Le problème, c'est que les autorités rendent cela impossible. Les tribunaux civils refusent de faire changer les papiers des gens sans l'accord des tribunaux islamiques. Mais ces derniers ne donnent pas non plus l'autorisation. Ils ne l'ont fait qu'une seule fois. La personne en question était déjà morte! En fait, personne ne prend de décision et les gens sont dans l'impasse.»

Pire, certains convertis sont condamnés pour apostasie à des peines de prison ferme devant les tribunaux islamiques.

Menaces par téléphone

M. Ibrahim s'est forgé une solide réputation. Dans ce pays tolérant où l'islam s'impose de plus en plus, cette renommée lui a valu des ennuis. «Je reçois des menaces sur mon téléphone portable. Je ne m'assois jamais dos à la porte dans un bar. J'ai installé mon bureau dans un quartier chinois», dit-il.

Malgré ces soucis, il continue son combat. La récente décision de la Cour suprême au sujet du cas de Lina Joy l'a cependant démoralisé. Cette Malaise convertie au christianisme a passé six ans devant les tribunaux pour faire reconnaître sa conversion. Elle voulait se marier à un chrétien, ce qui est interdit quand on est officiellement musulman. En mai dernier, la Cour fédérale a refusé de statuer sur son cas.

L'affaire a été très médiatisée. Trop. Craignant pour sa vie, Lina Joy a dû fuir la Malaisie. «Et dire que l'article 11 de notre Constitution garantit la liberté de religion», se lamente M. Ibrahim.

Une société fragmentée

Les partis politiques malais essaient d'obtenir les voix des musulmans, majoritaires, en inventant des politiques toujours plus avantageuses pour cet électorat. Et ils défendent leurs privilèges.

Un jeu dangereux car les minorités chinoise et indienne s'en agacent. Cette lente fragmentation de la société attriste M. Ibrahim. «Quand j'étais gamin, j'allais chez les voisins chinois à l'occasion de leur Nouvel An. Aujourd'hui, notre mufti conseille aux musulmans de ne pas célébrer les fêtes des autres.»

La Malaisie est considérée comme un pays modéré, développé et moderne. Cette nation vient de fêter, le 31 août, le cinquantenaire de son indépendance. Elle est devenue un modèle pour le monde musulman. À la fin des années 90, Kuala Lumpur a édifié les tours jumelles les plus hautes du monde. Une grande fierté pour les Malais qui aiment répéter qu'islam peut donc rimer avec modernité.

«Tout cela me fait bien rire, soupire M. Ibrahim. La Malaisie est un pays de souffrance. Lina Joy voulait se marier. Elle n'a pas pu. Mes clients sont exactement dans la même situation. Ces gens veulent juste avoir une vie normale, se marier, aimer, avoir des enfants, mais ils ne peuvent pas», regrette-t-il.

Par: Jérôme Boruszewski (La Presse)

28 août 2007