Birmanie: La junte menace les manifestants

المصدر: 
Nouvel-Obs
Les militaires envisagent de "prendre des mesures" après que plus de 100.000 personnes aient défilé lundi à Rangoun. Le dalaï lama a apporté son "plein soutien" aux manifestants.
La junte au pouvoir en Birmanie a menacé lundi de "prendre des mesures" contre les moines bouddhistes manifestant à Rangoun et auxquels se jointes plus de 100.000 personnes, ont annoncé les médias d'Etat.
Depuis mardi 18 septembre, les Birmans sont de plus en plus nombreux à descendre dans les rues pour protester contre la junte militaire au pouvoir. Ce lundi, des célébrités birmanes du monde du cinéma et de la littérature ont d'ailleurs appelé la population à soutenir les moines bouddhistes à la tête du plus important défilé contre la junte, en près de vingt ans.

"J'ai honte de nous"

Les comédiens Zaganar et Kyaw Thu se sont rendus en personne à la pagode Shwedagon, d'où partent tous les défilés, pour offrir de la nourriture aux religieux.

"Les moines prient pour nos âmes alors que nous restons à la maison à regarder la télévision. J'ai honte de nous", a déclaré Zaganar dans un entretien diffusé par la Democratic Voice of Burma (DVB), organe de presse audiovisuel dont le siège est à Oslo et qui est dirigé par des opposants à la junte.

L'un des poètes des plus respectés dans le pays, Aung Way, a jugé que "maintenant que nous sommes descendus dans la rue, il ne serait pas correct de nous asseoir et de les regarder faire le travail. Il est de notre responsabilité d'apporter notre aide au cours des manifestations et d'aider la population à atteindre ses objectifs".

"Plein soutien" du dalaï lama

De son côté, le dalaï lama, leader spirituel tibétain et autorité morale du bouddhisme, a apporté lundi son "plein soutien" aux moines manifestant à Rangoun et appelé la junte à ne pas faire usage de la force.

Faisant part de son "admiration" à l'égard de l'action des moines birmans, le dalaï lama donne son "plein soutien à leur appel pour la liberté et la démocratie", dans un texte daté de dimanche et transmis par la représentation à Paris du gouvernement tibétain en exil.

S'exprimant "en tant que moine bouddhiste", le dalaï lama "appelle les membres du régime militaire qui croient au bouddhisme à agir (...) dans un esprit de compassion et de non-violence".

Aung San Suu Kyi en pleurs

Des observateurs ont affirmé que la sécurité a été considérablement renforcée près de l'avenue de l'Université où habite l'opposante Aung San Suu Kyi, Prix Nobel de la Paix, assignée à résidence depuis 2003. Samedi, elle avait pu sortir quelques minutes, en pleurs, pour saluer les manifestants.

24 septembre 2007