Pays-Bas: Les Pays-Bas laissent partir Hirsi Ali mais accueillent Tariq Ramadan

المصدر: 
ProChoix
"A la carrefour pour adapter son multiculturalisme à l'exigence de vivre ensemble, Les Pays-Bas vont bientôt voir de plus en plus leur débat public parasité par un discours poliment fondamentaliste mais fermement méprisant envers les musulmans laïques."
"Après la Suisse, les États-Unis (où il a été finalement interdit de permis de travail) et l'Angleterre, Tariq Ramadan se voit offrir une nouvelle fois une chaire d'enseignement dans une université : The University of Leiden aux Pays-Bas. Où il occupera la chaire sur l"Islam" financée par le Sultan d'Oman.
Suivant l'exemple de son grand-père et modèle, Hassan al-Banna, Tariq Ramadan ne refuse jamais un poste d'où il pourra "évangéliser" et diffuser sa vision politique de l'islam héritée des Frères musulmans. La méthode n'est pas nouvelle. Dans les années 80, l'Arabie Saoudite a soutenu la diffusion de l'islam fondamentaliste en Europe en sponsorisant l'ouverture de Centres islamiques sous la houlette de Saïd Ramadan, le père et l'autre modèle de Tariq Ramadan...

Le VVD, parti de centre droit où a été élue Ayaan Hirsi Ali, a protesté. Mais l'université regarde ailleurs. En 2007, Tariq Ramadan a d'ailleurs été accueilli comme professeur "visiteur" à l'Université Erasmus de Rotterdam, pour donner conférence sur "Citoyenneté et Identité". Quitte à servir de relais à une propagande dont ces lieux universitaires préfèrent visiblement ignorer la portée.

C'est une nouvelle très rude pour ceux qui connaissent l'impact de Tariq Ramadan chaque fois qu'il prend un poste dans un pays. Et plus encore pour ce pays déjà déchiré par l'affaire Van Gogh. A la croisée des chemins pour adapter son multiculturalisme à l'exigence de vivre ensemble, Les Pays-Bas vont bientôt voir de plus en plus leur débat public parasité par un discours poliment fondamentaliste mais fermement méprisant envers les musulmans laïques. Qui n'avaient pas besoin de cela."

Par: Caroline Fourest