Italie: L'extrême droite veut interdire la construction des mosquées

المصدر: 
AFP
"Ce sujet fait débat en Italie, où l’ouverture de lieux de culte musulmans, en particulier dans le Nord, suscite régulièrement les protestations de la population locale et de la Ligue."
L’idée d’un moratoire sur la construction de mosquées lancée en Italie par la Ligue du nord après l’arrestation à Milan (nord) de deux hommes soupçonnés de préparer des attentats suscitait jeudi l’indignation de la communauté musulmane et des réserves de l’Eglise catholique.
“Ces arrestations démontrent que le terrorisme islamiste est ancré en Italie et que nous devons rester sur nos gardes. Malheureusement il n’est pas facile de distinguer entre les lieux de culte et les structures qui recrutent des terroristes et financent la préparation d’attentats”, a déclaré le ministre de l’Intérieur Roberto Maroni, l’un des principaux responsables de la Ligue.

Le parti régionaliste et anti-immigration a déposé une motion à la Chambre des députés visant à interdire la construction et la création de lieux de culte et de centres culturels musulmans en Italie, jusqu’à ce qu’une loi encadrant leur édification soit approuvée par le Parlement.

“Les mosquées se multiplient comme des champignons et les maires ne peuvent rien faire car il n’y a pas de loi”, a expliqué le chef du groupe de la Ligue à la Chambre Roberto Cota.

Le président de la principale association musulmane en Italie, l’Ucoii, Izzedin Elzir, a immédiatement réagi, affirmant que “les mosquées sont des lieux de rencontre et de paix, qui facilitent le travail des forces de l’ordre”. Interrogé par l’agence Ansa, le “ministre de la Culture” du Vatican Mgr Gianfranco Ravasi a déclaré qu’il fallait “reconnaître une légitimité aux lieux de culte”, tout en estimant “que la société civile a le droit de vérifier et d’intervenir s’ils devenaient autre chose que des lieux de présence spirituelle authentique”.

Dans une récente interview, le secrétaire de l’épiscopat italien Mgr Mariano Crociata avait estimé qu’il fallait “garantir aux musulmans présents en Italie la possibilité de pratiquer leur religion de façon appropriée”.

Ce sujet fait débat en Italie, où l’ouverture de lieux de culte musulmans, en particulier dans le Nord, suscite régulièrement les protestations de la population locale et de la Ligue.

En novembre 2007, une responsable de la Ligue avait suscité la polémique en promenant un porc, animal impur pour les musulmans, sur le terrain d’une future mosquée à Padoue (nord).

Interrogé par l’AFP le porte-parole du principal parti d’opposition (Parti démocrate, centre-gauche) Ermete Realacci a jugé “inacceptable” l’idée d’un moratoire qui n’est selon lui “pas la solution la plus adaptée face au problème du terrorisme”.

L’Italie, où vit environ 1,2 million de musulmans, compte 258 lieux de culte musulman et 628 associations islamiques, selon la presse.

La police a arrêté mardi à Milan deux Marocains soupçonnés de préparer des attentats dans la ville et sa périphérie.

C’est la première fois que des terroristes présumés sont arrêtés en Italie non pour appartenance à une cellule logistique ou pour avoir recruté des kamikazes à envoyer au Proche ou Moyen Orient, mais pour avoir projeté des attentats sur le sol italien.

5 décembre 2008

Source: AFP