Maroc: Haro sur les "dé-jeûneurs" rebelles du mois de ramadan

المصدر: 
Le Monde
Fin août, aux premiers jours du ramadan, Zineb El-Rhazoui et une amie pédopsychiatre de 34 ans, Ibtissam Lachgar, ont créé un "groupe alternatif" sur le site social Facebook. Objectif : la défense au Maroc de "toutes les libertés".
Première action : en plein ramadan, synonyme de jeûne pour les musulmans, "organiser un pique-nique symbolique" - et discret - dans une forêt de Mohammedia, une ville moyenne, facile d'accès à mi-chemin entre Rabat et Casablanca. Une première dans un pays où le non-respect du jeûne est toléré, à condition de rester non ostentatoire.
Combien sont-ils à se retrouver à la gare de Mohammedia dimanche 13 septembre avec leurs sandwichs ? Sans doute guère plus d'une poignée, mais la jeune femme n'a pas le temps de compter ses "amis" car, à peine arrivée, raconte-t-elle, "des policiers - ils étaient des dizaines - nous ont interpellés, insultés, fouillés, avant de me remettre dans le train, flanquée d'agents du contre-espionnage". Zineb El-Rhazoui est actuellement recherchée par la police.

Une demi-douzaine de convives ont eu moins de chance qui ont été arrêtés à Mohammedia. Plusieurs sont toujours gardés à vue. Quelques-uns ont choisi la clandestinité.

L'affaire des "dé-jeûneurs", comme on les surnomme, est devenue une affaire d'Etat qui fait les choux gras de la presse et de la télévision. Ce sont de "jeunes inconscients qui ont voulu pêcher en eau trouble", a lancé le ministre de la communication, Khalid Naciri. "Discuter d'une liberté individuelle qui ne respecte pas l'islam ouvre la porte au non-respect de la patrie et de l'institution monarchique", a prévenu un dignitaire religieux, Abdelbari Zemzmi. Et Mustapha Ramid, le chef du groupe parlementaire du Parti de la justice et du développement (PJD, islamo-conservateur), de conclure : "Nous ne pouvons accepter que des musulmans dé-jeûnent publiquement."

UN À SIX MOIS DE PRISON

Les autres partis politiques - y compris les socialistes membres de la coalition gouvernementale - ne sont pas en reste qui, après avoir été convoqués au Palais royal par un conseiller de Mohammed VI, ont dénoncé l'initiative prise par le Mouvemement alternatif pour la défense des libertés individuelles (MALI) sur Facebook.

A l'appui de leur condamnation, l'article 222 du code pénal qui stipule que "tout individu notoirement connu pour son appartenance à l'islam qui rompt ostensiblement le jeûne dans un lieu public pendant le ramadan" encourt une peine d'un à six mois de prison. En revanche, l'Association marocaine des droits de l'homme (AMDH) a pris la défense des "dé-jeûneurs".

Pendant ce temps, sur Facebook, le MALI fait recette. Ils sont plus d'un millier à avoir rejoint les deux femmes fondatrices du mouvement alternatif.

Par Jean-Pierre Tuquoi

19 september 2009

Source : Le Monde