Algérie: Lettre au Président par Collectif de soutien aux femmes de H. Messaoud

المصدر: 
WLUML Networkers

La lettre adressée au président a été publiée sur le quotidien  « Le Soir d’Algérie » : Monsieur le Président de la République, Une fois de plus, une fois de trop, des femmes travailleuses, habitant des quartiers déshérités à Hassi Messaoud, ont été sauvagement agressées sans que les services de sécurité leur aient porté le secours et l’assistance exigés par la Constitution et les lois de notre République, tout autant que par les Pactes internationaux ratifiés par l’Algérie.

Un ensemble d’associations, ligues et défenseurs des droits humains émus et indignés par ces exactions s’est réuni pour réagir face à ces agressions récurrentes, en se solidarisant avec ces femmes victimes de violences organisées mais aussi endémiques, loin d’honorer notre pays. Ces faits rappellent les crimes odieux qui ont ciblé plus d’une centaine de femmes dans le quartier d’El Haïcha en juillet 2001 et qui demeurent pour la collectivité nationale, une tache indélébile.

Aussi pour exprimer leur indignation et leur volonté de porter secours aux victimes, elles ont fait paraître une déclaration mettant en évidence le décalage entre les dispositions constitutionnelles relatives à la protection des biens et des personnes et la réalité dramatique vécue par ces femmes.

Ces associations se sont ainsi constituées en Collectif de Défense et de Solidarité avec les femmes de Hassi Messaoud. 

C’est à ce titre qu’elles s’adressent aujourd’hui à votre Haute Autorité.

Monsieur le Président de la République

La répétition d’actes intolérables à l’encontre de ces femmes, n’est devenue possible que parce qu’en 2001, le traitement de l’affaire de Hassi Messaoud s’est réduit à une parodie de justice, reléguant cette tragédie au rang de vulgaire fait divers.

Notre Collectif, soucieux du respect de la légalité tant nationale qu’internationale, attire solennellement votre attention sur le fait que, l’Organisation Mondiale Contre la Torture a récemment rappelé les dispositions de la déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Cette dernière établit en son article 4.c que les  états ont le devoir d’«agir avec la diligence voulue pour prévenir les actes de violence à l'égard des femmes, enquêter sur ces actes et les punir conformément à la législation nationale, qu'ils soient perpétrés par l'Etat ou par des personnes privées».

Notre Collectif vous prie, en qualité de Premier Magistrat de notre pays, de diligenter une enquête indépendante et impartiale pour faire la lumière sur toute cette violence chronique et organisée à l’encontre de femmes isolées, occupant des emplois précaires, en situation de grande vulnérabilité.

Notre Collectif espère que vous veillerez personnellement à ce que justice soit faite, en sanctionnant les agresseurs et en protégeant des femmes qui ne réclament rien d’autre que de vivre et travailler en paix dans le lieu de leur choix, sur tout le territoire national.

Notre Collectif attend avec confiance que des mesures fermes et définitives soient prises par les responsables de tous les départements ministériels concernés, pour assurer la sécurité et la protection de ces femmes, de leurs enfants et de leurs biens. Et ce, pour éviter que de pareilles exactions ne se reproduisent à l’avenir.

Monsieur le Président de la République,

Certains que vous serez sensible à cet énième épisode de la tragédie sans fin qu’est la violence subie par les femmes à Hassi Messaoud et partout ailleurs , nous faisons appel à votre Haute Autorité pour garantir à toutes les Algériennes, où qu’elles se trouvent, l’exercice de leurs droits - droit à la vie, à la dignité, à l’égalité, au travail, à la sécurité et à la protection de leurs enfants et de leurs biens- et faire en sorte qu’elles soient réellement protégées dans un Etat de droit.

Le Collectif vous prie de croire, Monsieur le président de la République, en sa très haute considération.

Signataires :

  1. Djazaïrouna,
  2. Réseau Wassyla,
  3. AVIFE,
  4. AMUSNAW,
  5. Tharwa N'Fadhma N'Soumeur,
  6. Association Défense et promotion des Droits des Femmes,
  7. Collectif Femmes du Printemps Noir,
  8. Femmes en communication,
  9. RAFD,
  10. ANADE,
  11. LADDH,
  12. Association pour les libertés Syndicales,
  13. Collectif des femmes du PLD et CCDR.