Maroc: Réclamons une loi aujourd’hui et non pas demain

المصدر: 
Global Rights/ONGs marocaines

A l’occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, un groupe d’ONGs locales venant de diverses régions à travers le pays se réunira à Rabat ce weekend afin de donner le coup d’envoi à la distribution publique de leur projet de loi sur les violences faites aux femmes. Sur le slogan « Plus de délai ! Réclamons une loi spécifique aujourd’hui et non pas demain » cette rencontre aura lieu le samedi 4 décembre à 14h30 à la Bibliothèque nationale.  Des représentantes des ONGs décriront le processus national et participatif par lequel elles ont élaboré ce projet de loi sur les violences faites aux femmes.  Elles en exposeront également son contenu, qui comporte plus d’une centaine de dispositions pénales ainsi que civiles.  Cette activité marque le démarrage d’une grande diffusion nationale de ce projet de loi aux Parlementaires et au gouvernement afin de contribuer au processus de promulgation d’une telle loi – qui serait la première de son genre en langue arabe.

« Les femmes dans nos communautés sont impatientes d’avoir enfin une loi qui va prévenir les violences, qui va les protéger, et qui va pénaliser les auteurs des violences, » affirme Mariam Zemouri de Association Tawaza pour le plaidoyer de la femme à Martil.

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre d’une campagne intensive de plaidoyer législatif pour une loi contre les violences faites aux femmes.  Durant des années de mobilisation à travers le pays, les activités ont inclus des consultations avec plus que 3000 mille femmes au niveau de la base sur le contenu d’une loi idéale ; du lobbying auprès des décideurs et législateurs nationaux; et des groupes de travail thématiques avec plus que 300 professionnels locaux venant des secteurs de la justice, de la santé, de l’éducation et de l’exécution de la loi.  En mars 2010 une trentaine de membres d’ONGs marocaines et autres parties prenantes venant de diverses régions à travers le pays ont travaillé en huis clos pendant une semaine de travail intensif à Errachidia afin de rédiger ce projet de loi actuel.

Plus récemment, ce 25 novembre dernier les ONGs partenaires ont mené une campagne intensive de plaidoyer SMS à partir de laquelle et tout au long de la journée elles ont envoyé des milliers de messages texte(s) par téléphone portable appelant à une loi contre les violences faites aux femmes aux décideurs et autres parties prenantes à travers le pays.

« Depuis plusieurs années le gouvernement déclare qu’un projet de loi contre les violences faites aux femmes est imminent, alors que jusqu’à maintenant nous n’avons pas vu de texte promulgué à cet égard, » explique Halima Oulami de l’Association el Amane pour le développement de la femme à Marrakech.  « C’est pour cela qu’en tant que société civile, nous avons décidé de prendre les choses en main et de rédiger ce texte nous-mêmes. »

Les organisations partenaires dans cette initiative, avec l’encadrement programmatique du bureau régional au Maghreb de Global Rights, sont : Association Amal pour la femme et le développement (El Hajeb), Association el Amane pour le développement de la femme (Marrakech), Association Tawaza pour le plaidoyer de la femme (Martil), Association Tafiil Moubadarat (Taza), Association Tafoukt Souss pour le développement de la femme (Agadir), La Voix de la femme amazighe (Rabat), Espace Draa de la femme et du développement (Zagora), Association Bades (Al Hoceima), Association des jeunes avocats (Khemisset), and Espace Oasis Tafilalet pour le développement (Rissani).

Pour plus de renseignements veuillez contacter la coordination à Rabat de cette activité auprès de La Voix de la femme amazighe au  06.61.10.42.09 ou Global Rights au 05.37.66.04.10/49.

Lundi 29 novembre 2010 (Rabat).