Iran: Mondial de foot féminin : deux journalistes arrêtées

المصدر: 
La Parisienne

Alors même que vient de prendre fin le Mondial de football féminin, l'hebdomadaire allemand Der Spiegel annonce qu'une deuxième journaliste iranienne censée couvrir l'évènement a été arrêtée, information confirmée par le parquet de Téhéran. Les autorités Iraniennes n'ont communiqué aucun motif officiel concernant ces deux arrestations. 

 

Alors qu'elle devait assister à la Coupe du monde pour le compte de la télévision allemande Deutsche Welle, Pegah Ahangarani, 27 ans, a été arrêtée chez elle pour être incarcérée à la prison d'Evin à Téhéran. Journaliste mais aussi actrice-réalisatrice, elle s'était notamment distinguée en 2006 dans le film « The Girl in Sneakers ». En 2009, lors de l'élection présidentielle, elle avait soutenu le candidat de l'opposition Mir Hossein Moussavi.

Pegah Ahangarani, journaliste mais aussi actrice-réalisatrice a été arrêtée alors qu'elle devait assister au mondial de football féminin pour le compte de la télévision allemande Deutsche Welle

Le 17 juin dernier, Maryam Majd, journaliste-photographe de 25 ans, avait été interpellée quelques heures avant son départ pour l'Allemagne. Préparant avec l'ancienne footballeuse allemande Petra Landers un livre sur le football féminin, elle n'a plus donné de nouvelles depuis le jour où elle devait arriver à Düsseldorf. Régulièrement censurée par les médias officiels iraniens, la journaliste est engagée depuis longtemps dans la défense des droits des femmes dans son pays, militant notamment pour qu'elles aient accès aux stades de football. 

Pas de compétitions féminines à la télé iranienne

« Maryam est l'une des rares photographes de sports féminins en Iran et puisque c'est une femme, elle y possède un accès exclusif et a réussi à attirer beaucoup d'attention sur ces athlètes dans le pays » a déclaré Shadi Sadr, figure emblématique de la défense des droits de la femme en Iran, actuellement en exil à Londres.

Malgré l'obligation de se couvrir des pieds à la tête, les sportives Iraniennes participent généralement aux compétitions officielles sans que celles-ci soient retransmises à la télévision. En effet, le gouvernement Iranien refuse de montrer les athlètes étrangères dans la mesure où elles ne respectent pas les conditions qu'il impose à ses propres sportives. La FIFA avait de son côté interdit à l'équipe féminine de football d'Iran de participer à la coupe du monde estimant que leur « uniforme sportif » ne respectait pas les règles de l'organisation. 

Déjà en 2006, le film « Hors Jeu » du réalisateur Iranien Jafar Panahi avait été censuré. Il mettait en scène un groupe de filles tentant d'entrer dans un stade afin de regarder un match de football qualificatif pour la coupe du monde. Le cinéaste a été condamné à six ans de prison par la justice iranienne, qui lui a interdit de réaliser des films durant vingt ans. En matière de liberté de la presse, l'Iran se situe à la 172ème place sur 178 selon Reporters Sans Frontières.

Camille Gicquel | 18.07.2011, 15h12 | Mise à jour : 19.07.2011, 09h44