Cote d'Ivoire: Journée internationale de la jeune fille - Mariage précoce, UNFPA dresse un sombre tableau.

المصدر: 
AllAfrica

Le tableau montrant les statistiques du mariage précoce de la jeune fille en Côte d’Ivoire préoccupe les organisations de défense de droits de l’homme.

La commémoration de la première journée internationale de la fille a révélé de tristes choses. Que ce soit à l’échelle mondiale ou en Côte d’Ivoire, le mariage précoce retenu comme thème cette année, a donné lieu à un constat à la limite du supportable. «Plus d’une jeune femme sur trois, âgées de 20 ans à 24 ans, ont été mariées avant d’avoir atteint l’âge de 18 ans. Un tiers d’entre elles a été mariée avant l’âge de 15 ans.

Dans les pays en développement, 90% des naissances interviennent chez les adolescentes mariées de 15 à 19 ans» a révélé Philippe Delanne Représentant Résident de UNFPA en Côte d’Ivoire lors de la cérémonie commémorative organisée récemment à Adjamé. Parlant de la Côte d’Ivoire sur la même question, le patron de l’Agence du système des Nations Unies n’a pas eu la langue de bois. « Dans certaines régions de Côte d’Ivoire, de nombreux cas de mariages précoces ont été rapportés. Les données récentes d’une enquête UNFPA et de partenaires gouvernementaux sur les violences basées sur le genre en 2012 révèlent que parmi les femmes mariées au moment de l’enquête, 5% étaient âgées de moins de 18 ans. En milieu urbain, cette proportion descend à 1% tandis qu’en milieu rural, cela s’élève à 21%» s’est-il alarmé. Avant d’observer et proposer. «Les filles ayant un faible taux de scolarité sont plus susceptibles d’être mariées précocement. L’éducation est de ce fait l’une des meilleures stratégies pour protéger les filles contre les mariages précoces». Comme pour dire que leur place est à l’école.

Abondant dans le même sens, Mme Gogoua Rachelle, présidente de l’organisation nationale pour l’enfant, la femme et de la famille, n’a pas été tendre envers les auteurs des mariages précoces. Puisqu’elle les a assimilés à des mangeurs de poussins en lieu et place de poules. Que ce soit le maire d’Adjamé, M. Youssouf Sylla ou le ministre de la famille, de la femme et de l’enfant, Goudou Raymonde, chacun à son niveau, a promis œuvrer, de sorte à faire baisser les mariages précoces en Côte d’Ivoire.