Pour la première fois, des artistes femmes venues d'Algérie et d'ailleurs chantent ensemble pour dénoncer le code de la famille promulgué en Algérie en 1984 et qui légalise l’infériorisation des femmes.

In 2003, the '20 ans Barakat' campaign was initiated by the association of the same name. The aim of the Campaign was to inform and raise awareness among the people in general and women in particular about the Algerian Family Code (personal status laws).

The documentary film, OUECH DEK YAL KADi (What came over you, Judge?), tells the story of women in Algeria raising their voices against the Algerian Family Code enacted on June 9, 1984.

Samia S., accusée d’avoir souillé le Coran et condamnée au mois de septembre dernier à 10 ans de prison ferme, a été acquittée hier par le juge près la chambre pénale de la cour de Biskra.
Samia S., accused of having damaged a Quran and sentenced last September to 10 years imprisonment, was acquitted on 28 October 2008 by the judge of the criminal division of the Court of Biskra.
La cour de Biskra examinera aujourd’hui le cas d’une femme condamnée, il y a un mois, à 10 ans de prison ferme par le tribunal de première instance pour avoir porté atteinte au Coran. Dans son réquisitoire, le représentant du ministère public a requis la confirmation de la peine en application de l’article 160 section 4, stipulant que « toute profanation ou dégradation du Livre Saint est punie de 5 à 10 ans de prison ». Condamnée à 10 ans de prison ferme lors du précédent procès qui s’est déroulé en septembre dernier, sans que l’accusée ne puisse bénéficier de l’assistance d’un avocat, la mise en cause, qui purge une peine d’emprisonnement dans un établissement pénitentiaire de Biskra pour une affaire civile indépendante de celle-ci, a été défendue par maître Houda Talha.
According to Algerian Newspaper El Watan, last September a young women aged 26 was sentenced to 10 years in prison in Biskra, southern Algeria, where she is already detained for previous offence. She is accused of having damaged a Quran.
On 29 September, a court in Biskra sentenced 6 men to 4 years in prison and a 1000 euro fine, for eating in public during the fasting hours of Ramadan. The verdict has since been overturned and the prisoners have been freed.
Les 6 hommes condamnés le 29 septembre 2008 à 4 ans de prison ferme assortis de 100 000 DA d’amende pour « non-respect d’un fondement de l’Islam » ont été acquittés hier par le tribunal pénal près la cour de justice de Biskra.
For the first time, 6 people in Southern Algeria have been sentenced to four years in jail and a $1300 fine for breaking the Ramadan fast.
لَقِّم المحتوى