Rhonda  Copelon, avocate et professeure américaine de renom s'est éteinte à l'âge de 65 ans. Féministe,  militante  pionnière des droits des femmes, Rhonda a consacré l'essentiel de son énergie à constituer une base juridique pour porter devant de très nombreuses juridictions nationales et internationales les Droits Humains et plus particulièrement la défense spécifique des droits des femmes.

The year 2009 has highlighted the recurring situations confronting defenders in the southern and eastern Mediterranean. These situations are closely linked to the nature of their activities but they are also related to broad political trends at the national and international levels. It is in this context that the Euro-Mediterranean Foundation of Support to Human Rights Defenders (EMHRF) increased its responsibilities and provided assistance to 36 defenders in 2009.

La Fondation euro-méditerranéenne de soutien aux défenseurs des droits de l’Homme (FEMDH) qui a pour objectif de soutenir les défenseurs dans les pays du sud de la méditerranée publie aujourd’hui son rapport annuel 2009. Le rapport met l’accent sur les actions entreprises par la FEMDH au cours de l’année 2009.

Le Centre d’information et de documentation sur les droits de l’enfant et de la femme (Ciddef) a clôturé, hier, un cycle de formation destiné à 20 représentants de la société civile dont la Ligue algérienne des droits de l’Homme (Laddh), l’association Djazaïrouna, SOS disparus, la Commission des femmes travailleuses de l’UGTA, SOS Nour d’Annaba et la Ligue de prévention et de la jeunesse de Tizi Ouzou. Ce programme de 5 formations, organisé par le Ciddef de février à juin 2010 (3 jours de formation mensuellement), entre dans le cadre du projet “soutien à la mise en œuvre des lois, politiques et plan d’action en vigueur relatifs à la violence faite aux femmes”.

La lettre adressée au président a été publiée sur le quotidien  « Le Soir d’Algérie » : Monsieur le Président de la République, Une fois de plus, une fois de trop, des femmes travailleuses, habitant des quartiers déshérités à Hassi Messaoud, ont été sauvagement agressées sans que les services de sécurité leur aient porté le secours et l’assistance exigés par la Constitution et les lois de notre République, tout autant que par les Pactes internationaux ratifiés par l’Algérie.

Dans cet entretien, la féministe algérienne revient sur des dossiers très sensibles de la place de la femme dans une société à culture musulmane qui, de surcroît, a vécu les pires formes de terrorisme islamiste. Wassyla Tamzali répond à “Liberté

Au cours du mois d’avril 2010, des attaques criminelles ont eu lieu pendant plusieurs semaines contre les femmes de Hassi Messaoud - migrantes dans leur majorité, travailleuses dans les industries et structures économiques ; ces attaques ont donné lieu à des protestations internationales et à l’intervention des Rapporteurs Spéciaux auprès des Nations Unies. Pour comprendre ce qui s’est vraiment passé et pourquoi, l’AWID a interviewé Dalila Iamarene Djerbal, membre du Réseau Wassila, un regroupement d'associations et de professionnels qui luttent contre les violences faites aux femmes et aux enfants depuis 10 ans en Algérie. Le Réseau Wassila est très active sur cette histoire et fait partie du comité de soutien pour les femmes de Hassi Messaoud. Par Massan d’ALMEIDA 

En Algérie, lorsqu'une femme est violée, c'est "une pute". Lorsqu'elle porte plainte, c'est "une manipulée". C'est assurément le raisonnement de l'ambassade d'Algérie qui, une fois de plus, choisit le déni. Près de 200 personnes se rassemblaient ce 10 mai 2010 aux abords de l'ambassade, pour demander à Alger de protéger enfin les femmes de Hassi Messaoud, victimes depuis près de 10 ans de lynchages, de viols, d'agressions multiples.

Religious women make change happen, whether it’s by seeking peace or inciting war. Strong beliefs can inspire social justice or block a woman's access to freedom or equality. Join the International Museum of Women as they explore the relationship between faith and politics in the lives of women around the world. 

When confronted with free speech as an act of self-expression, authoritarian powers throughout history have tried to assert their legitimacy and remove threats to their rule through censorship. To achieve this, the censor has had to be quicker than the pen. This task was relatively easy in the days of the printed word. However, today’s Internet revolution – especially blogs and other online social media – has turned the job of censorship into a censor's nightmare.

لَقِّم المحتوى