Le réseau a mis en place un système de réponse rapide aux violations des droits des femmes, organisé des campagnes centrées sur des thèmes comme la violence à l’égard des femmes et des filles et les problèmes des femmes en situation de conflit armé.
Ce document retrace les principaux événements qui, après le coup d’État de l’an 2000, ont conduit à l’adoption de la Family Law Act 2003 (FLA, loi sur le droit de la famille) et présente les stratégies utilisées pour la faire adopter dans un milieu hostile à l’égalité des sexes et glissant inexorablement vers les dogmes religieux de la droite et une intensification du conflit racial. Il expose également certaines corrélations entre l’égalité des sexes, l’identité raciale et la démocratie dans la République de Fidji après le coup d’État.
De nos jours, plus d’un tiers des musulmans du monde vivent en minorité dans un pays non musulman, ce qui engendre des difficultés non seulement pour les pays d’accueil, mais aussi pour les musulmans eux-mêmes. La plupart des musulmans considèrent les minorités musulmanes comme faisant partie intégrante de la communauté musulmane au sens large, l’umma. Beaucoup soutiennent que les musulmans doivent être gouvernés par la loi islamique, souvent celle du pays d’origine.

Dans le cadre de cet article, Pascale Fournier analyserai tout d’abord jusqu’à quel point, en France et en Allemagne, la justice et les politiques publiques ont reconnu ou non le droit musulman de la famille en ce qui concerne le statut personnel.

Marion Boyd a soumis son rapport sur le processus d’arbitrage en Ontario et sur son adéquation pour résoudre les conflits familiaux, intitulé « Dispute Resolution in Family Law: Protecting Choice, Promoting Inclusion » (Résolution de conflits dans le droit familial : protéger le choix, promouvoir l’inclusion), [1] au Procureur général et au ministre responsable des problèmes des femmes.
La récente assemblée de l’All-India Muslim Personal Law Board (AIMPLB) [Conseil pan-indien sur le droit personnel musulman], réunie à Lucknow, a une fois de plus mis en lumière l’épineux problème de la réforme du droit personnel musulman (DPM). D’aucuns espéraient voir l’AIMPLB interdire définitivement et explicitement la coutume dite du triple talâq, qui représente l’une des préoccupations majeures des partisans de la réforme. Mais, dominé par les oulémas conservateurs, l’AIMPLB a, dans sa sagesse, préféré s’en abstenir.
The study, which provides the first reliable evidence that female genital mutilation can adversely affect birth outcomes, was undertaken by African and international researchers in Burkina Faso, Ghana, Kenya, Nigeria, Senegal and Sudan.

Depuis quelques années, la codification du droit musulman de la personne (DMP) dans les milieux minoritaires préoccupe de plus en plus les militantes du réseau Femmes Sous Lois Musulmanes, du Bénin jusqu’aux Philippines et de l’Afrique du Sud jusqu’au Canada.

SANGAT members from Bangladesh, India, Nepal, Pakistan, and Sri Lanka condemn Israel's unwarranted agression on Lebanon.
Tanzania has a national HIV/AIDS policy and is in the process of finalizing legislation on HIV/AIDS. The expectation is that once the policy and legal framework is set, people living with HIV/AIDS and their families will be afforded greater protection.
لَقِّم المحتوى