Action

20/10/2010

Défenseuses des droits humains des femmes en Gambie et WLUML networkers, Dr. Isatou Touray et Mme Amie Bojang-Sissoho, ont été libérées sous caution de 1,500,000 dalasi (la monnaie gambienne) le mercredi 20 octobre. 

16/10/2010

Déclaration de WLUML et la Campagne mondiale «Arrêtons de tuer et de lapider les femmes » (Campagne SKSW) sur l’arrestation de Défenseuses des droits humains des femmes en Gambie, Dr. Isatou Touray et Mme Amie Bojang-Sissoho.
 

17/9/2010

Le Réseau international de solidarité Femmes sous lois musulmanes (WLUML) et la Campagne mondiale « Arrêtons de tuer et de lapider les femmes! » salue l’annonce récente de la libération de Shiva Nazar Ahari, survenue le dimanche 12 septembre 2010.

19/4/2010

Depuis plusieurs semaines, des attaques meurtrières contre les femmes ont lieu dans le sud algérien, et ont donné lieu à des protestations internationales et à l’intervention des Rapporteurs Spéciaux auprès des Nations Unies. Il est indispensable que ces premières protestations soient relayées et soutenus par un grand nombre d’autres organisations dans le monde.

9/4/2010

Le Réseau international de solidarité Femmes sous lois musulmanes (WLUML), exprime sa solidarité à Gita Sahgal, une alliée de longue date, active dans diverses organisations, collectifs et mouvements engagés dans le combat pour le respect des droits humains universels. WLUML a appris qu'elle a, à maintes reprises, demandé des explications sur l’association d’Amnesty International à l'organisation "Cageprisoners", dirigée par Moazzam Begg, autour de la campagne judiciaire du Contre-Terrorisme. Le 07 février 2010, Sahgal était suspendue de sa fonction de Chef de la Division Genre d'Amnesty International. Vous pouvez agir en signant la Pétition globale en soutien à Gita Sahgal qui compte maintenant plus de 1800 signatures.

28/1/2010

C'est une copie d'un texte original de Gender Equality for Iran: "En Iran, le mouvement des femmes est, depuis ces trente dernières années, à l’avant-garde de la lutte pour la démocratie. Comme les discriminations sexistes sont en lien étroit avec d’autres discriminations : sociales, politiques, religieuses et ethniques, la résistance pacifique des femmes, leur lutte contre les violences et les discriminations impactent de manière conséquente le développement des mouvements démocratiques au sein de la société iranienne. Depuis de nombreuses années, avec l’organisation de différentes campagnes et leurs revendications pour l’égalité, les femmes iraniennes marchent sur le chemin de la liberté. Dans ce processus, elles subissent la répression : insultes, violences, arrestations et emprisonnements. Nombreuses sont celles aujourd’hui emprisonnées.

15/4/2009
Femmes sous lois musulmanes et ses alliés demandent que l’Arabie Saoudite démontre son attachement aux droits humains et libère Khamisa Sawadi, Fahd Al-Anzi et Hadiyan Bin Zein et révoque l’ordre d’expulsion.
27/1/2009
Front Line est profondément préoccupée suite à la campagne de harcèlement présumée contre la défenseuse des droits humains Ghada Jamsheer, présidente du Women's Petition Committee (WPC).
30/10/2008
Samia S., accusée d’avoir souillé le Coran et condamnée au mois de septembre dernier à 10 ans de prison ferme, a été acquittée hier par le juge près la chambre pénale de la cour de Biskra.
23/10/2008
La cour de Biskra examinera aujourd’hui le cas d’une femme condamnée, il y a un mois, à 10 ans de prison ferme par le tribunal de première instance pour avoir porté atteinte au Coran. Dans son réquisitoire, le représentant du ministère public a requis la confirmation de la peine en application de l’article 160 section 4, stipulant que « toute profanation ou dégradation du Livre Saint est punie de 5 à 10 ans de prison ». Condamnée à 10 ans de prison ferme lors du précédent procès qui s’est déroulé en septembre dernier, sans que l’accusée ne puisse bénéficier de l’assistance d’un avocat, la mise en cause, qui purge une peine d’emprisonnement dans un établissement pénitentiaire de Biskra pour une affaire civile indépendante de celle-ci, a été défendue par maître Houda Talha.