Nouvelles

22/2/2011

Muammar Kadhafi veut éviter à tout prix la contagion et exerce une répression extrêmement dure dans l'Est de la Libye. Il s'agit pour lui d'éviter que “l’épidémie” ne s’étende, car si la révolte arrivait jusqu’à Tripoli, le régime serait en péril. C’est pourquoi, en particulier à Benghazi et à Al-Baïda, il a ordonné de tirer sur les manifestants; mission confiée à des mercenaires. Ce choix d’employer des “missionnaires” africains − notamment des Tchadiens et des Ougandais − permet de libérer de tout conditionnement, clanique ou tribale, ceux qui doivent tirer sur les manifestants. Le pouvoir évite ainsi que les contradictions du sang se répercutent dans l’armée. Même les cortèges funèbres en l’honneur des victimes n’échappent pas à la violence brutale de la répression. 

17/2/2011

Dans un pays où toute liberté d'expression est étouffée, des opposants au régime de Mouammar Kadhafi ont lancé un appel à manifester, jeudi 17 février, contre le despotisme du pouvoir en place. L'appel à cette "journée de la colère" a été lancé sur Internet, avec l'espoir d'imiter les révolutions en Tunisie et en Egypte, deux pays voisins.

14/2/2011

Les images ont tourné en boucle sur les chaînes internationales. Elles ont illustré d’innombrables articles de la presse de la planète. Ces images sont celles de ces hommes et de ces femmes molestés par la police algérienne lors de la manifestation qui s’est déroulée samedi 12 février à Alger. Parmi ces personnes interpellées, rudoyées, maltraitées par la police, il y avait Manel, 25 ans, venue manifester pacifiquement. DNA a recueilli son témoignage. Le voici brut.

14/2/2011

En cette année où le Forum Social Mondial, pour la 3e fois après le Mali en 2006 et le Kenya en 2007, se joint aux peuples d’Afrique, nous les femmes de différentes parties du monde, réunies à Dakar, conscientes que l’union de nos forces pourra à terme apporter un changement, réaffirmons notre solidarité et notre admiration pour les luttes des femmes sénégalaises, des femmes africaines et des femmes du monde. Leurs luttes, conjointement avec les luttes de tous, hommes et femmes, renforcent la résistance menée partout contre le système capitaliste et patriarcal mondialisé.

13/2/2011

La Tunisie traverse actuellement une période exceptionnelle de son histoire qui induit des transformations majeures voire radicales dans l’ensemble de sa structuration administrative, politique et juridique. Ce pays, dont le peuple a admirablement mené une révolution dont les mots d’ordre étaient liberté et dignité, a démontré une mobilisation populaire pour ces valeurs et il est impératif de concrétiser ces aspirations et cette maturité à travers les réformes politiques et sociales qui consolident les droits de tous les tunisiens et surtout les droits des femmes

11/2/2011

Cette semaine, Marianne laisse carte blanche à Fatma Bouvet de la Maisonneuve*, médecin psychiatre franco-tunisienne. Pour elle, il n'est pas question de revenir sur l’égalité de tous les citoyens. Et, avec la révolution tunisienne, il est temps de réclamer une séparation constitutionnelle de la religion et de l’Etat. 

11/2/2011

Nous, citoyennes, citoyens, associations, avons créé en France un Collectif d'Algériens en soutien à la lutte en Algérie pour le changement et la démocratie. Notre Collectif exprime son soutien à la marche nationale pacifique à laquelle a appelé la « Coordination nationale pour le changement et la démocratie » qui s'est constituée à Alger le 21 janvier 2011. Cette marche nationale pacifique doit avoir lieu le 12 février à Alger.

9/2/2011

Les résultats du référendum sur l'indépendance historique du Sud-Soudan montrent que 98,83 pour cent des habitants sont en faveur de la sécession. Si la région accédera officiellement à la souveraineté le 9 juillet 2011, il reste malgré tout de nombreux défis à relever. 
Les observateurs estiment que ces questions doivent être abordées dès maintenant par les deux partis au pouvoir : le Parti national du Congrès (PNC), au Nord, et le Mouvement de libération du peuple soudanais (MLPS), au Sud.