Algeria

L’association laïque, Africa, de la cité des 4 000 de La Courneuve a, comme chaque année depuis sa création en 1987, commémoré le 47e anniversaire des massacres d’Algériennes et d’Algériens à Paris.
Enfin, un troisième volet, évoqué déjà dans le discours du Président, a trait aux droits de la femme.
Bouteflika a tranché; Révision de la constitution et troisième mandat
Samia S., accusée d’avoir souillé le Coran et condamnée au mois de septembre dernier à 10 ans de prison ferme, a été acquittée hier par le juge près la chambre pénale de la cour de Biskra.
Samia S., accused of having damaged a Quran and sentenced last September to 10 years imprisonment, was acquitted on 28 October 2008 by the judge of the criminal division of the Court of Biskra.
Samia S., accusée d’avoir souillé le Coran et condamnée au mois de septembre dernier à 10 ans de prison ferme, a été acquittée hier par le juge près la chambre pénale de la cour de Biskra.
Samia S., accused of having damaged a Quran and sentenced last September to 10 years imprisonment, was acquitted on 28 October 2008 by the judge of the criminal division of the Court of Biskra.
Une étude indépendante a révélé que 7 000 naissances illégitimes sont recensées chaque année en Algérie, alors que le département officiel ne parle que de 3 000 naissances illégitimes par an.
La cour de Biskra examinera aujourd’hui le cas d’une femme condamnée, il y a un mois, à 10 ans de prison ferme par le tribunal de première instance pour avoir porté atteinte au Coran. Dans son réquisitoire, le représentant du ministère public a requis la confirmation de la peine en application de l’article 160 section 4, stipulant que « toute profanation ou dégradation du Livre Saint est punie de 5 à 10 ans de prison ». Condamnée à 10 ans de prison ferme lors du précédent procès qui s’est déroulé en septembre dernier, sans que l’accusée ne puisse bénéficier de l’assistance d’un avocat, la mise en cause, qui purge une peine d’emprisonnement dans un établissement pénitentiaire de Biskra pour une affaire civile indépendante de celle-ci, a été défendue par maître Houda Talha.
"La cour de Biskra examinera aujourd’hui le cas d’une femme condamnée, il y a un mois, à 10 ans de prison ferme par le tribunal de première instance pour avoir porté atteinte au Coran."
Syndiquer le contenu