Algeria

Entre l’abrogation, le statu quo et la révision.
Son rapport souligne la forte dégradation intervenue ces dernières années et le manque de volonté politique.
Dans un rapport adressé aux Nations unies ce lundi 10 janvier, Amnesty International met en évidence la passivité du gouvernement algérien face aux viols, aux coups et à la discrimination économique et juridique dont sont victimes les femmes de ce pays.
«Le projet de révision du code de la famille n’a jamais été bloqué et encore moins annulé», c’est ce qu’a déclaré hier la ministre déléguée chargée de la Famille et de la Condition féminine Mme Nouara Djaâfar, sur les ondes de la radio nationale chaîne 1.
C'est grace à une énorme mobilisation des organisations de femmes, tant nationales qu'internationales, que justice a enfin été rendue par le tribunal de Biskra le 3 Janvier 2005 aux femmes attaquées, brulées, enterrées vives, mutilées, violées, lardées de coups de couteau, lapidées, etc.. le 17 Juillet 2001 à Hassi Messaoud and dans les villes du Sud avoisinantes.
We have received news that on 3 January 2005, thanks to a large national and international mobilization of women's organisations, justice was done.
La mobilisation, notamment des féministes, pour le soutien aux femmes de Hassi Messaoud a porté ses fruits et les agresseurs et violeurs ont été condamnés à de lourdes peines.
Nous venons de reçevoir une requète pour une action IMMEDIATE, pour faire pression sur le gouvernement algérien de façon à ce que justice soit rendue dans un procès qui doit avoir lieu le 28 Décembre 2004. Le procès aura lieu à Biskra.
Syndiquer le contenu