West Africa

Comment souhaitez-vous vous présenter aux internautes de Nigerdiaspora ?

Je suis nigérienne âgée de 55 ans, historienne de formation. Dans la réalité j’ai plus travaillé dans le développement, et cela pendant plus de deux décennies. Je suis mariée, mère de 3 enfants (2 garçons et une fille), grand-mère d’une petite fille âgée de 3 ans. Je suis tante de nombreux neveux et nièces.

Je réside à Niamey où j’ai fait mes études secondaires et passé toute ma carrière professionnelle. Mon village natal est Birni Gaouré , une localité située dans la vallée du « Dallol Bosso» connue sous l’appellation de Boboye. C’est une zone d’échanges, de brassage interculturel et ethnique. Je suis née dans une famille modeste. Aujourd’hui, je partage mon temps entre mes fonctions professionnelles, associatives, sociales et familiales et mes divers centres d’intérêts. Comme toutes les femmes nigériennes de ma catégorie et de mon âge, je joue aisément mes rôles pluriels et assume mes identités multiples, nigérienne,  musulmane, je crois aux valeurs universelles de progrès, de paix et de tolérance.

Bustling Senegal set the scene for passionate debate, robust reflection, slam poetry and much laughter this April at the first West Africa transformative feminist leadership workshop - brought together by our Women’s Empowerment and Leadership Development for Democratization program. An impressive group of emerging female leaders from Mali, Niger and Senegal came together for five intense days of capacity building, awareness-raising and strategizing under the blazing Dakar sun.

Au Sénégal, les femmes et les fillettes en situation de handicap sont, tous les jours, confrontées à des violences physiques et sexuelles (sévices physiques, viols, mariages précoces et forcés, rejet ou viol par le conjoint,…) et des abus psychologiques (préjugés, mépris, insultes, rejet,…). Leur handicap les expose quotidiennement à des préjugés culturels qui prennent diverses formes, tout au long de leur vie. 

Le réseau international de solidarité, Femmes sous lois musulmanes (WLUML) et la campagne "Violence is Not our Culture" (VNC), continuent à appeler à un procès juste pour deux femmes défenseurs des droits humains, membre de conseil de WLUML, Dr Isatou Touray, et Amie Bojang-Cissokho. 

Dr. Isatou Touray and Ms. Amie Bojang-Sissoho are, respectively, the Executive Director and Program Coordinator for the Gambia Committee for Traditional Practices (GAMCOTRAP), and have for many years been active in the promotion of gender equality, rights of women and children, particularly in the fight against female genital mutilation and other discriminatory practices. In May 2010, the Presidency set up a commission of investigation into the allegation that GAMCOTRAP had been mis-managing donor funds from an organization called Yolocamba Solidaridad.

Le réseau international de solidarité, Femmes sous lois musulmanes (WLUML) et la campagne "Violence is Not our Culture" (VNC), continuent à appeler à un procès juste pour deux femmes défenseurs des droits humains, membre de conseil de WLUML, Dr Isatou Touray, et Amie Bojang-Cissokho: communiqué de presse de Coalition pour le Droits Humains en Gambie, 24 Novembre 2010Le représentant du ministère public Sainey Joof  a déclaré au Tribunal que l’affaire contre GAMCOTRAP n’est pas civile, mais que c’est l’Etat qui a porté plainte contre les deux femmes. L’audience du procès du Dr. Isatou Touray, Directrice exécutive et Amie Bojang- Sissoho, Coordonnatrice des programmes pour le Comité Gambien sur les pratiques traditionnelles (GAMCOTRAP), n’a finalement pas eu lieu ce lundi 22 novembre 2010 devant le juge Emmanuel Nkea au Tribunal de Banjul. Le ministère public ayant demandé le report du fait de l’absence de témoins à la barre. 

The International Solidarity Network, Women Living Under Muslim Laws (WLUML) and the Violence is Not our Culture Campaign (VNC), continue to call for the fair trial of two women human rights defenders, WLUML board member, Dr. Isatou Touray, and Ms. Amie Bojang-Sissoho. Coalition for Human Rights in the Gambia Press Release, 24 November 2010: State Prosecution Officer Sainey Joof  told the court that the case against GAMCOTRAP is not a Civil case but it is the State that has brought in the case against the two Senior Officers of the Organisation. The court hearing of the trial of Dr. Isatou Touray, the Executive Director and Amie Bojang- Sissoho, Programme Coordinator for the Gambia Committee on Traditional Practices (GAMCOTRAP) failed to proceed yesterday Monday November 22nd 2010 at the Banjul Magistrates Court  before Magistrate Emmanuel Nkea. The prosecution applied for an adjournment of the hearing because their witnesses were not present.

Défenseuses des droits humains des femmes en Gambie et WLUML networkers, Dr. Isatou Touray et Mme Amie Bojang-Sissoho, ont été libérées sous caution de 1,500,000 dalasi (la monnaie gambienne) le mercredi 20 octobre. 

Women’s Human Rights Defenders in the Gambia and WLUML networkers, Dr. Isatou Touray and Ms. Amie Bojang-Sissoho, were freed on the morning of Wednesday 20 October, after paying a bail of 1,500,000 dalasi (local currency) - approx £35,000. Details of their trial will shortly be posted.

Déclaration de WLUML et la Campagne mondiale «Arrêtons de tuer et de lapider les femmes » (Campagne SKSW) sur l’arrestation de Défenseuses des droits humains des femmes en Gambie, Dr. Isatou Touray et Mme Amie Bojang-Sissoho.
 

Syndiquer le contenu