Algeria

C’est en présence de Mme Lynn M. Segas, chargée à l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique à Alger, des Affaires politiques et économiques et représentante de son Excellence à la séance qui a eu lieu hier, la conférence-débat en hommage à la défunte avocate américaine, maître Ronda Copellan, au centre de presse d’El Moudjahid. A cette réunion organisée à l’initiative de Mme Saïda Benhabylès, ancienne ministre et coordinatrice dans le mouvement associatif ont été associés des juristes, représentants d’associations de victimes du terrorisme du mouvement associatif, des médias.

A movement is born ... We no longer want to hide, we do not want to hug the walls, we do not want to stand idly by, we will no longer suffer in silence, we do not want more laws 333 and 338 of the Algerian penal code, we will no longer respond . Now we will act. A date is also born, Oct. 10 date is proclaimed National Day of gays lesbians bi and trans Algerian (LGBTQ). Selim I Selim also said the terrible is born October 10, 1470 is considered to be frugal and thrifty, very religious and brutal. Among its actions, Selim sent to Istanbul sacred objects sword, the robe, the standard of the prophet and teeth and turned the center of the Caliphate in Istanbul and became the first Ottoman caliphate.

Un mouvement est nait... Nous ne voulons plus nous cacher, nous ne voulons plus longer les murs, nous ne voulons plus subir sans réagir, nous ne voulons plus souffrir en silence ; nous ne voulons plus des lois 333 et 338 du code pénal algérien ; nous ne voulons plus réagir. Désormais nous allons agir. Une date est née aussi ; le 10 Octobre est autoproclamé date de la journée nationale des gays lesbiennes bi et trans algériens (L.G....B.T.A). Selim Ier dit aussi Selim le terrible est nait le 10 octobre 1470 il est considéré comme frugal et économe, très religieux et brutal. Parmi ses actions, Selim envoya à Istanbul les objets sacrés l'épée, la robe, l'étendard et des dents du prophète et transforma Istanbul en centre du califat et devint le premier califat ottoman.

Ce recueil assemble une dizaine d’enquêtes conduites dans les différents pays du Maghreb (Libye, Tunisie, Algérie, Maroc, Mauritanie), qui cherchent à élucider les conditions dans lesquelles se crée une économie sociale des sexualités, plus diverse que ne le laisse supposer le paradigme d’une « personnalité arabo-musulmane ». Refusant les perspectives « orientalistes » (une sexualité arabo-islamique expliquée à partir des textes sacrés), culturalistes (une configuration maghrébine de la sexualité), moralistes (des sociétés corrompues par l’Occident) ou militantes (défense des libertés individuelles, féminisme, islamisme), ces ethnographies contemporaines restituent les tensions entre individualisme et ethos communautaire, entre prescriptions nationales et locales, entre éthique occidentale et prédication religieuse, l’une et l’autre intensément médiatisées. 

Rhonda  Copelon, avocate et professeure américaine de renom s'est éteinte à l'âge de 65 ans. Féministe,  militante  pionnière des droits des femmes, Rhonda a consacré l'essentiel de son énergie à constituer une base juridique pour porter devant de très nombreuses juridictions nationales et internationales les Droits Humains et plus particulièrement la défense spécifique des droits des femmes.

The year 2009 has highlighted the recurring situations confronting defenders in the southern and eastern Mediterranean. These situations are closely linked to the nature of their activities but they are also related to broad political trends at the national and international levels. It is in this context that the Euro-Mediterranean Foundation of Support to Human Rights Defenders (EMHRF) increased its responsibilities and provided assistance to 36 defenders in 2009.

La Fondation euro-méditerranéenne de soutien aux défenseurs des droits de l’Homme (FEMDH) qui a pour objectif de soutenir les défenseurs dans les pays du sud de la méditerranée publie aujourd’hui son rapport annuel 2009. Le rapport met l’accent sur les actions entreprises par la FEMDH au cours de l’année 2009.

Le Centre d’information et de documentation sur les droits de l’enfant et de la femme (Ciddef) a clôturé, hier, un cycle de formation destiné à 20 représentants de la société civile dont la Ligue algérienne des droits de l’Homme (Laddh), l’association Djazaïrouna, SOS disparus, la Commission des femmes travailleuses de l’UGTA, SOS Nour d’Annaba et la Ligue de prévention et de la jeunesse de Tizi Ouzou. Ce programme de 5 formations, organisé par le Ciddef de février à juin 2010 (3 jours de formation mensuellement), entre dans le cadre du projet “soutien à la mise en œuvre des lois, politiques et plan d’action en vigueur relatifs à la violence faite aux femmes”.

La lettre adressée au président a été publiée sur le quotidien  « Le Soir d’Algérie » : Monsieur le Président de la République, Une fois de plus, une fois de trop, des femmes travailleuses, habitant des quartiers déshérités à Hassi Messaoud, ont été sauvagement agressées sans que les services de sécurité leur aient porté le secours et l’assistance exigés par la Constitution et les lois de notre République, tout autant que par les Pactes internationaux ratifiés par l’Algérie.

Dans cet entretien, la féministe algérienne revient sur des dossiers très sensibles de la place de la femme dans une société à culture musulmane qui, de surcroît, a vécu les pires formes de terrorisme islamiste. Wassyla Tamzali répond à “Liberté

RSS-материал