North Africa

Samia S., accusée d’avoir souillé le Coran et condamnée au mois de septembre dernier à 10 ans de prison ferme, a été acquittée hier par le juge près la chambre pénale de la cour de Biskra.
La cour de Biskra examinera aujourd’hui le cas d’une femme condamnée, il y a un mois, à 10 ans de prison ferme par le tribunal de première instance pour avoir porté atteinte au Coran. Dans son réquisitoire, le représentant du ministère public a requis la confirmation de la peine en application de l’article 160 section 4, stipulant que « toute profanation ou dégradation du Livre Saint est punie de 5 à 10 ans de prison ». Condamnée à 10 ans de prison ferme lors du précédent procès qui s’est déroulé en septembre dernier, sans que l’accusée ne puisse bénéficier de l’assistance d’un avocat, la mise en cause, qui purge une peine d’emprisonnement dans un établissement pénitentiaire de Biskra pour une affaire civile indépendante de celle-ci, a été défendue par maître Houda Talha.
According to Algerian Newspaper El Watan, last September a young women aged 26 was sentenced to 10 years in prison in Biskra, southern Algeria, where she is already detained for previous offence. She is accused of having damaged a Quran.
On 29 September, a court in Biskra sentenced 6 men to 4 years in prison and a 1000 euro fine, for eating in public during the fasting hours of Ramadan. The verdict has since been overturned and the prisoners have been freed.
Les 6 hommes condamnés le 29 septembre 2008 à 4 ans de prison ferme assortis de 100 000 DA d’amende pour « non-respect d’un fondement de l’Islam » ont été acquittés hier par le tribunal pénal près la cour de justice de Biskra.
Secularism Is A Women's Issue - Alerte Action Urgente - Campagne internationale. Demandons la libération immédiate des condamnés et la révision du procès!
For the first time, 6 people in Southern Algeria have been sentenced to four years in jail and a $1300 fine for breaking the Ramadan fast.
Appel du Réseau international de solidarité Femmes Sous Lois Musulmanes / Women Living under Muslim Laws International Solidarity Network aux organisations citoyennes nationales et internationales:
Mme Cherifa Kheddar a reçu un arreté du Wali (prefet) signé du 31 mai dans lequel on lui signifie qu'elle est dessaisie du poste supérieur (ne pas confondre avec cadre supérieur): elle garde son poste d'administrateur mais elle est rétrogradée puisque son poste budgétaire a été supprimée; de ce fait son salaire va être amputée (la fiche de paie ne lui est pas encore parvenu et nous attendons le virement de son salaire).
Through WLUML networkers, the Algerian 'Collectif des familles de disparus' (CFDA) and the OMCT, we have learned of the unfair dismissal of Ms. Cherifa Kheddar from her position of employment at the prefecture of Blida. Kheddar is the president of the Djazairouna association, a group which defends the victims of terrorism.
Syndicate content