Action

20/11/2013

Il reste moins d’une semaine avant la présentation du projet de résolution pour adoption.

Les Etats suivants ont coparrainé la résolution :

L’Arménie, l’Argentine, l’Australie, le Canada, la République Dominicaine, le Salvador, le Guatemala, le Mexique, le Pérou, l’Uruguay, la Jordanie, le Liban, le Vanuatu, la Bosnie Herzégovine, l’Albanie, l’ex-République Yougoslave de Macédoine, le Monténégro, la Serbie, les Etats Unis et la Nouvelle-Zélande.

Mais plusieurs aspects du texte continuent à être repoussés, notamment :

·         L’inclusion de références au genre

·         Une référence explicite aux FDDH qui travaillent pour la promotion de la santé sexuelle et reproductive, des droits reproductifs et des questions liées à la sexualité.

·         Plusieurs Etats cherchent à intégrer plus de références aux « responsabilités » des défenseurs des droits de l’homme.

Plus de 50 organisations africaines de la société civile ont signé une lettre ouverte au groupe africain pour les exhorter à soutenir tous les aspects de la résolution.

Nous devons continuer à appeler les Etats à soutenir la résolution!

23/10/2013

Source: FLD

16/10/2013

Dans la matinée du 15 octobre 2013, la police kényanne a arrêté sept membres de Bunge la Mwananchi car ils sont soupçonnés d'avoir participé à un rassemblement illégal, alors qu'ils-elles protestaient contre l'augmentation de 16% de la taxe sur les biens courants.

Les personnes arrêtées sont Mme Ruth Mumbi et messieurs Francis Sakwa, John Koome, Winfred Olal, Chris Michael, Frederick Odhiambo et John Korir, l'actuel président de Bunge la Mwananchi.

Les manifestants ont été passés à tabac sur les lieux du rassemblement et placés en détention pendant près de quatre heures, avant d'être libérés sans charge.

Ruth Mumbi milite au sein de la communauté ; elle est fondatrice et actuelle coordinatrice nationale de Bunge la Wamama (le Parlement des femmes), une section féministe du mouvement Bunge la Mwananchi (le Parlement du peuple). Les deux groupes mènent des campagnes et plaident au sujet des questions liées à la justice sociale. Ruth Mumbi était aussi finaliste du Prix Front Line Defenders 2013 pour les défenseur-ses des droits humains en danger.

12/7/2012

Qui est Farida Afridi?

Farida Afridi a co-fondé SAWERA avec sa soeur Noorzia en 2008, alors qu’elle avait tout juste 21 ans.

SAWERA a pour objectif de promouvoir les droits des femmes et des enfants, ainsi que l'éducation, dans la zone dite tribale de la région FATA, au Nord Ouest du Pakistan (jouxtant l’Afghanistan).

15/6/2012

Dakar, le 04 mai 2012

Nous, membres du Forum féministe sénégalais, souhaitons exprimer tout son soutien au peuple malien et en particulier aux femmes qui sont  malheureusement très peu représentées en ces moments critiques de la vie politique du pays.

3/4/2012

Nous, les organisations et individus du monde entier soussignés, nous sentons vivement préoccupés et déçus devant le fait que la Commission de la condition de la femme des Nations Unies (CSW) ait échoué à adopter les conclusions concertées à l’occasion de sa 56ème session. Cet échec est un coup dur porté au travail, à l’énergie, au temps et aux coûts considérables que les femmes partout dans le monde ont investi dans la 56ème session de la  Commission de la condition de la femme. La promotion des droits humains des femmes ne doit pas être mise en suspens en raison de batailles politiques entre États. Nous disons NON à toute réouverture des négociations sur les accords internationaux déjà établis relatifs aux droits humains des femmes, et nous appelons l’ensemble des gouvernements à faire preuve de leur engagement pour la promotion, la protection et le respect des droits humains et des libertés fondamentales des femmes. 

13/3/2012

Confrontées depuis des décennies à des violences, des féministes algériennes  ont décidé de créer un observatoire national, indépendant, sur les violences faites aux femmes. Si le thème n’est actuellement plus un tabou, grâce, notamment aux actions de l’ensemble du mouvement féminin et féministe national, les autorités algériennes, contraintes de se saisir de ce dossier, ne lui ont pourtant pas accordé l’attention que l’on pouvait espérer.

28/10/2011

25 Octobre 2011

WLUML s'inquiète du fait que le premier acte public du Comité national de transition de Libye a été de proclamer, le 23 octobre 2011, l'annulation d'un certain nombre de lois, pour les remplacer par 'la sharia'. Le Comité national de transition de Libye est un gouvernement intérimaire : ce dont il est chargé, et qui aurait dû être sa première action, c'est de mettre en place un mécanisme pour organiser l'élection d'un nouveau gouvernement, après la chute du régime de Kadhafi.

12/1/2011

Le réseau international de solidarité, Femmes sous lois musulmanes (WLUML) et la campagne "Violence is Not our Culture" (VNC), continuent à appeler à un procès juste pour deux femmes défenseurs des droits humains, membre de conseil de WLUML, Dr Isatou Touray, et Amie Bojang-Cissokho. 

25/11/2010

Le réseau international de solidarité, Femmes sous lois musulmanes (WLUML) et la campagne "Violence is Not our Culture" (VNC), continuent à appeler à un procès juste pour deux femmes défenseurs des droits humains, membre de conseil de WLUML, Dr Isatou Touray, et Amie Bojang-Cissokho: communiqué de presse de Coalition pour le Droits Humains en Gambie, 24 Novembre 2010Le représentant du ministère public Sainey Joof  a déclaré au Tribunal que l’affaire contre GAMCOTRAP n’est pas civile, mais que c’est l’Etat qui a porté plainte contre les deux femmes. L’audience du procès du Dr. Isatou Touray, Directrice exécutive et Amie Bojang- Sissoho, Coordonnatrice des programmes pour le Comité Gambien sur les pratiques traditionnelles (GAMCOTRAP), n’a finalement pas eu lieu ce lundi 22 novembre 2010 devant le juge Emmanuel Nkea au Tribunal de Banjul. Le ministère public ayant demandé le report du fait de l’absence de témoins à la barre. 

20/10/2010

Défenseuses des droits humains des femmes en Gambie et WLUML networkers, Dr. Isatou Touray et Mme Amie Bojang-Sissoho, ont été libérées sous caution de 1,500,000 dalasi (la monnaie gambienne) le mercredi 20 octobre.