Nouvelles

3/9/2010

Contrairement à ce qui est dit ici et là, nous vivons l’émergence d’un camp laïque progressiste dans nombre de pays arabo-musulmans. Bien évidemment, la nature répressive et corrompue de leurs régimes politiques et les risques mortels que leur font courir également les mouvements islamistes obligent parfois ces groupes à agir dans la clandestinité ou la semi-clandestinité

31/8/2010

Des centaines de personnes se sont données rendez-vous ce samedi, 28 aout sur la place du Trocadero, pour dire leur soutien total à Sakineh Mohammadi Ashtiani et pour crier leur colère contre cette pratique barbare qu'est la lapidation. 

26/8/2010

Un homme qui déjeunait à la terrasse d’un restaurant du centre de Lyon a été agressé pour ne pas avoir respecté le ramadan. Il déjeunait à la terrasse d’un restaurant du centre de Lyon, le week-end du 15 août, quand trois jeunes se sont jetés sur lui parce qu’il ne respectait pas le jeûne du ramadan. Ce père de famille d’origine sénégalaise, habitant Vénissieux, a été frappé à la tête avec une bouteille en verre, puis à coups de chaise. Transportée en urgence à l’hôpital, avec une fracture à l’arrière du crâne, la victime a dû être trépanée. L’agression a été filmée par une caméra de vidéosurveillance, mais les images de mauvaise qualité ne permettent pas d’identifier les agresseurs. Le parquet de Lyon a ouvert une enquête préliminaire. Selon nos informations, le gérant du kebab, qui craint des représailles, pourrait témoigner sous X.

26/8/2010

 À l’occasion de l’opération “100 villes pour Sakineh”, le Mouvement Ni Putes Ni Soumises, et la Ligue du Droit International des Femmes se mobilisent et organisent un rassemblement à Paris. Le même jour qu’à Berlin, New York, Madrid ou Tokyo, rassemblons nous pour nous opposer au traitement infligé à la jeune iranienne Sakineh, accusée d’adultère !

25/8/2010

La Campagne mondiale «Arrêtons de tuer et de lapider les femmes» et le Réseau international de solidarité Femmes sous lois musulmanes (WLUML) condamnent les punitions violentes, commises récemment par les Talibans en Afghanistan. Dimanche dernier, les Talibans ont exécuté par lapidation un couple dans la vingtaine, dans un village contrôlé par leurs forces à Kunduz, dans le nord de l’Afghanistan. Ce couple s’était enfui au Pakistan pour se marier, même si l’on avait raconté qu'’ils avaient été fiancés à d’autres personnes. Peu de temps après, ils retournaient ensemble dans leur village de Mullah Qulli, dans la région de Archi au Kunduz. Certains rapports indiquent que leurs familles avaient accepté de les marier, tandis que d’autres affirment que le jirga avait décidé de leur pardonner, si l’homme s’acquittait d’une compensation. Les Talibans les arrêtèrent tous les deux pour crime d’adultère et les lapidèrent, dans un bazar de la quartier de Dasht-e Archi. Ce crime a été confirmé par le gouverneur de Kunduz, Mohammad Omar.

23/8/2010

Depuis près d'un an (avec le lancement du débat sur l'identité nationale), plusieurs membres du gouvernement et de la majorité ont mulitpliés les amalgames, les propos racistes à peines voilés. En tant qu'immigré marocain, je vis toutes ces déclarations et lois sécuritaires qui visent particulièrement la communauté musulmane (et depuis quelque temps les gens du voyage et les Roms) comme une profonde humiliation. C'est pour ça que je rentre chez moi… Et je ne suis pas le seul.

18/8/2010

Là où, dans la plupart des pays arabes, on imagine un affrontement, c’est plutôt un jeu permanent d’alliances, un pacte tacite entre trois puissances inégales : autorisés à élargir leur emprise dans la société, les fondamentalistes cessent de privilégier la conquête du pouvoir politique ; protégés par l’Etat de la férule des intégristes, les intellectuels laïques taisent les travers autoritaires du pouvoir et réservent leur militantisme à des causes consensuelles ; ménagé par les intellectuels et toléré par les religieux, l’Etat autoritaire perdure.

16/8/2010

Libération publie un appel d'intellectuels pour sauver cette femme iranienne condamnée à la peine capitale par lapidation par le régime. «Sakineh Mohammadi Ashtiani attendait dans la prison de Tabriz, dans l’ouest de l’Iran, où elle croupit depuis cinq ans, la réponse à une demande de réexamen de son cas –prévue, initialement, pour le 15 août.

16/8/2010

Comme chaque année, nous célébrons avec fierté la promulgation du Code du statut personnel qui, en son temps, le 13 août 1956, a représenté une conquête de la raison moderne et constitué un des éléments clés de l’émancipation féminine. C’est pourquoi aujourd’hui, comme chaque année, nous le célébrerons à notre manière, contre les dénis de l’histoire et l’amnésie générale des mémoires en rendant d’abord hommage au peuple qui en a rendu possible l’esprit et la lettre. Cet hommage nous l’exprimons sans complaisance ni esprit d’exclusive, à tous ceux et celles qui, à titre collectif ou individuel, femmes et hommes, ont posé les jalons de l’émancipation et de la dignité des Tunisiennes. 

12/8/2010

En Iran, la « confession » télévisée d'une femme condamnée à mort fait craindre que son exécution soit imminente, ce qui suscite de nouveau l'indignation de défenseurs des droits de l'homme. Sakineh Mohammadi Ashtiani, âgée de 43 ans, a déclaré mercredi à la télévision d'État qu'elle avait participé au meurtre de son mari et qu'elle avait eu une relation extraconjugale avec le cousin de ce dernier. L'Iranienne était enveloppée d'un tchador noir qui ne laissait apparaître que son nez et un oeil. Ses déclarations, faites en azéri, ont été traduites en farsi, rendant impossible toute vérification indépendante de son identité. Son avocat, Houtan Kian, affirme qu'il s'agit d'aveux soutirés sous la torture. « Elle a été frappée violemment et torturée jusqu'à ce qu'elle accepte d'apparaître face à la caméra », a affirmé Houtan Kian, depuis la Norvège où il s'est réfugié.

« Son fils Sajad, 22 ans, et sa fille Saeedeh, 17 ans, sont complètement traumatisés après avoir regardé cette émission », a-t-il indiqué dans un entretien publié par le quotidien britannique The Guardian.